Choisir le meilleur statut juridique en tant que freelance

Micro-entreprise, Entreprise Individuelle, Création d’entreprise (SASU, EI, EIRL, EURL) Salarié Porté…Il est bien souvent difficile d’y voir clair et de choisir le meilleur statut pour sa future activité de freelance.

2i Portage a fait le point sur la question en comparant pour vous chaque statut et en vous présentant la synthèse dans un tableau comparatif des statuts juridiques du freelance.

Il n’y a pas  un meilleur statut pour un freelance : c’est à vous de choisir celui qui va être le plus adapté en fonction de votre projet, de votre situation patrimoniale, de vos besoins de votre future activité !

Ce qu’il faut prendre en compte

Trois points sont notamment à prendre en compte et vous aideront dans vos choix :

  • Savoir estimer son CA
  • Se projeter à court et moyen terme
  • Estimer ses besoins en termes de protection sociale

Il vous faudra ensuite choisir votre statut juridique :

  • Exercer en nom propre : Micro-Entreprise / EI
  • Créer une société : SASU / EURL
  • Être indépendant salarié : Portage Salarial

Synthèse des statuts

Auto-entrepreneur (micro-entreprise)

  • Entreprise individuelle, régime spécifique avec cotisations très faibles (22% des recettes).
  • Rendement très intéressant.
  • Facile (et gratuit) à créer, idéal pour se lancer.
  • Attention au plafond de chiffre d’affaires et aux frais qui ne sont pas déductibles.
  • Peu de protection sociale, pas de cotisation chômage.

Portage salarial

  • Statut de salarié (régime général) avec contrat de travail CDI ou CDD.
  • L’Entreprise de Portage Salarial (EPS) facture vos clients et transforme le CA en salaire.
  • Le net correspond environ à 50% du CA HT.
  • Très forte protection sociale, seul statut pour indépendants qui permet de cotiser à Pôle Emploi.
  • La gestion administrative est complètement déléguée à l’EPS.
  • Permet aussi de rentrer dans un réseau (missions, formations, …).
    https://www.2iportage.com/

EI – Entreprise Individuelle

  • Entreprise individuelle (à responsabilité limité si EIRL).
  • S’inscrit dans le prolongement de la mirco-entreprise, mais sans plafond de chiffre d’affaires.
  • Beaucoup plus de charges sociales, pas de cotisation chômage.
  • Ce statut n’est pas le plus utilisé par les indépendants, déconseillé si le CA augmente et les charges stagnent (IR et SSI + importants), souvent délaissé au profit de la création de société (EURL/SASU), ou du Portage Salarial.

EURL – Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée

  • Petite sœur de la SARL. Gérant non salarié (TNS). Taux de cotisations sociales intéressant.
  • Les dividendes sont en partie considérés comme de la rémunération (donc soumis aux cotisations sociales et à la flat tax/barême progressif).
  • Très facile de passer de l’EURL à la SARL.
  • Attention pas de cotisation chômage. Intéressant si vous êtes dans une logique de salaires élevés et pas/peu interessés par la protection sociale.

SASU – Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle

  • Petite sœur de la SAS.
  • Président assimilé salarié (régime général).
  • Souplesse dans la rédaction des statuts.
  • Cotisations sociales élevées mais rémunération en dividendes intéressante (seulement soumis à la flat tax/barême progressif).
  • Très facile de passer de la SASU à la SAS. Attention pas de cotisation chômage.
  • Intéressant si vous souhaitez vous rémunérer en dividendes annuellement tout en bénéficiant de la protection sociale du régime général.