Je dois bien vous l’avouer. Je ne suis pas entrepreneur mais tout ce qu’il y a de plus heureuse salariée… pour le moment. Comme ça, c’est dit ! Me laisserez-vous cependant vous raconter un petit témoignage ?  

Je me prépare à acheter une maison. C’est le premier vrai « risque » financier que je prends dans ma vie, à l’aube de mes trente ans. Une étape que je n’ai pas manqué de placer devant notre Papa céleste, priant pour sa direction, pour son conseil. Priant qu’il me dise, lui, ce qu’il comptait que je fasse, moi. Sa réponse fut stupéfiante. Au premier abord, elle a pris tous les atours du « Peu m’importe ». J’étais presque vexée, du fait de l’importance que cette décision revêt pour moi là, à l’instant T. J’aimerais que dans ma vie, Dieu me dise complètement « oui » ou complètement « non ». Pas « peu m’importe ». Je ne me sentais pas du tout valorisée, dans mon choix de si haute importance et dans lequel dépend, quelque part, une part de mon futur.

Mais, voici plus clairement, sa réponse : « Va et fais comme bon te semble. Si tu vas, j’irai avec toi car j’aime t’accompagner dans tes projets. Si tu restes, je te soutiens là où tu es. Ainsi, ne te préoccupe pas de quoi sera fait ton lendemain car je suis celui qui bénit et qui multiplie. J’aime ton cœur, à mes yeux rien n’est plus précieux qu’un cœur. Alors réjouis-toi, car je suis avec toi. »

Vous le voyez, c’était quand même bien différent que le simple « peu m’importe » ! Et c’était surtout très puissant. Me laissez-vous faire de cet exemple, une généralité ?

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur », explique Jésus. Juste avant, il dit aussi : « Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les vers et la rouille détruisent et où les voleurs fracturent pour voler. Amassez-vous plutôt des trésors dans le ciel, là où ni vers ni rouille ne détruisent et où les voleurs ne fracturent ni ne volent. » (Matthieu 6.19-21)

Je me suis arrêtée sur ce verset. Est-ce que cela veut dire que Dieu est contre la propriété, les projets sur cette terre, les défis entrepreneuriaux, et même la richesse matérielle ? Non, bien sûr que non, mais son Royaume est au-delà de ça. Et il nous demande, en tant qu’enfant de Dieu, à ce que notre vision aille bien plus loin que le simple aspect matériel d’une maison ou d’une entreprise.  

J’aime la version The Message en Luc 12.32-33 : « Be generous. Give to the poor. Get yourselves a bank that can ‘t go bankrupt, a bank in heaven far from bankrobbers, safe from embezzlers, a bank you can bank on ». (traduction personnelle « Soyez généreux. Donnez aux pauvres. Travaillez à une banque qui ne fera pas faillite, une banque dans le ciel, éloignée des braqueurs, éloignée des escrocs, une banque dans laquelle vous pouvez investir. ») A bank you can bank on. C’est presque un slogan, non ? En tout cas, moi, ça me donne envie d’investir.

Cette banque, c’est le Royaume de Dieu mais c’est aussi notre cœur. Dieu n’aime rien de moins que l’intimité avec son enfant. C’est la banque dans laquelle, lui, il investit et a investi ce qu’il avait de plus précieux. Pour revenir à mon exemple, peu lui importe, que j’achète ou non, une maison. Ce qu’il me dit, bien au-delà de ça, c’est qu’il est plus préoccupé par mon cœur, ma croissance avec lui. Il veut d’abord que je grandisse dans ma foi, dans mon chemin, dans ma prière. Peu lui importe mon enveloppe matérielle ou mes projets, ce que lui veut continuer à bâtir, c’est mon cœur, dans un tête à tête quotidien avec lui.

Je vous invite à continuer à présenter vos projets à Dieu, priant pour son conseil, son avertissement, sa sagesse et son secours parce qu’Il y prend plaisir et en est honoré. Peut-être que sa réponse sera un « oui » très clair ou un « non » aussi limpide. Peut-être aussi que ce sera un « peu importe » comme pour moi. Ou qu’Il vous laissera faire vos propres choix… Mais rappelez-vous, que ce qu’il y a de plus précieux dans chacun de vos projets, c’est l’état de votre cœur. Dieu souhaite investir dans une relation d’intimité particulière avec vous. Avant même d’aller avec vous au-devant de votre journée de travail, de vos clients, de votre succès ou de vos difficultés, il souhaite un cœur à cœur avec vous, un moment pendant lequel vous investissez dans sa banque, celle qui ne fera jamais faillite.