Récemment, je repensais à Jean 21 et le partageais à l’équipe de la dynamique territoriale Guadeloupe. 

Dernier chapitre des évangiles avant les Actes. Chapitre de transition, de mise à plat, du calme après la tempête, de la mort et de la résurrection, de la trahison et des vagues émotionnelles, des traumatismes et du miraculeux, des déceptions et des pertes de repère. Dans ce passage, pour la 3e fois, Jésus ressuscité apparaît à ses disciples.

Que de bouleversements en peu de temps ! Que faire ? Pierre et ses acolytes, retournent donc à ce qu’ils savent faire le mieux, sûrement pour se changer les idées, continuer de faire tourner la boîte, nourrir leur famille : ils vont pêcher.

On ne fait d’ailleurs jamais attention à un détail intéressant pour nous, entrepreneurs chrétiens, c’est que Jésus comme beaucoup de ses disciples, étaient des entrepreneurs. Charpentier, pêcheurs, faiseur de tentes plus tard avec Paul…

Étrangement, notre histoire est presque une redite, on connaît le décor : le lac de Tibériade, une nuit, une pêche bredouille et Jésus qui appelle au petit matin. Quel souvenir puissant : tous les ingrédients de la 1ère fois où Il les a appelés sont réunis. Après la nuit, il y a un matin. Il y a une sortie. Il y a une fin. Il y a un 3e jour, symbole de victoire, de paix et de résurrection.

Serait-ce différent aujourd’hui ? Jésus, demeure encore après la tempête du COVID, le déconfinement, pour nous rappeler notre vocation, prêt à nous révéler une nouvelle stratégie pour la rentrée 2020-2021. Les circonstances ont été bouleversantes, mais le matin est là avec une mission inchangée.

Jésus prend alors le temps de préparer une grillade au bord de la plage et manger avec ses disciples. En plein questionnement pour la suite, alors que tout a changé, il prend aussi le temps avec nous. Alors qu’on aurait pu s’attendre à un plan d’action en 5 étapes, ce qui compte pour Jésus c’est la relation avant l’action.

Il nous rappelle notre vocation et cherche à passer du temps de qualité avec nous. C’est cela qui me permet de garder un mental d’acier, de renouveler l’énergie nécessaire pour avancer même dans ou l’après-crise. Tout réside en Christ.

 

Dans cette intimité arrive la fameuse question triple “ Pierre m’aimes-tu plus” ? J’aimerais retenir notre attention sur cette question : es-tu prêt à aimer plus ? On oublie souvent que la vie de grâce offerte par Jésus coûte plus. Plus d’amour, plus de pardon, plus de sacrifices, plus de consécration, plus de responsabilité, plus de générosité. Et quand je vise plus, que je m’attends à plus, que je vis pour plus, alors je ne me contente pas de confronter la réalité, mais j’en fais un tremplin pour avancer, pour aller plus loin et passer un prochain niveau. Voilà ce qu’est l’endurance. Je crois que pour cette rentrée, Dieu veut plus de vous ! Parce que vous en êtes capable, parce qu’il vous a mandaté et il attend votre “oui je t’aime”. Non pas dans un esprit de compétition mais de consécration totale. Notre “plus”  dans notre activité est intimement lié à notre amour pour Dieu et pour notre prochain .

Alors pour finir vous avez peut-être quand même des questions sans réponse. Un peu comme Pierre qui demande «Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il?» Attardons-nous sur la réponse du Boss : “Que t’importe toi, suis-moi ! ”

Il y a des affaires dont on doit se préoccuper et d’autres qui doivent rester sur le bureau du grand patron ou qui ne sont pas notre problème ! La comparaison, l’avenir ne doivent pas altérer notre motivation. Alors que t’importe ? Toi suis-le ! 

 

Audrey Pottiez-Reynard